Claude Brassard

J’ai deux filles. Elles ont toutes deux quittées le Québec il y a maintenant une dizaine d’années. C’est vraiment la meilleure décision qu’elles ont prisent. Elles ont le bonheur de vivre dans des endroits sans avoir à craindre de vivre des évènements politiques qui pourraient bouleverser leurs vies. Elles ont le cœur de travailler et savent que rien n’est gratuit dans la vie.

Encore quelques mois à endurer les anarchistes et je vous dis qu’étant à la retraite le jour pourra arriver que je fasse ma valise et que j’aille rejoindre une de mes deux filles qui vivent à l’étranger. Jamais mes filles n’auront à vivre cette anarchie comme celle qui est en train de se développer dans ce Québec de lâches et de parasites.


This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.