Francis Tenta

J’ai quitté le Québec il y a déjà 1 an pour la Thaïlande. Étant un grand voyageur/aventurier, j’ai pris cette décision afin de vivre quelque chose de nouveau, de voir quelque chose de différent. Cette décision m’a été bénéfique à tous les points de vue, incluant mon développement personnel.


Aller vers l’inconnu effraie, et c’est normal. N’est-ce pas ce que Jacques Cartier, Christophe Colomb et tout autre explorateurs ont fait? D’aller vivre à l’étranger est sensiblement la même chose. Vous arrivez dans une coutume différente, avec des habitudes alimentaires différentes, et un style de vie différent. Ces quelques mots peuvent effrayer, voire même empêcher les gens de quitter sa province, celle où tout semble gratuit, celle où tout le monde semble heureux. Par contre, il en est tout autrement lorsque nous arrivons à l’étranger. Les gens sont accueillants, sympathique et chaleureux. Ils vous voient comme une personne différente de qui ils peuvent apprendre. Ils vous voient comme une personne avec des expériences différentes. Lorsque vous quittez votre province, vous passez du statut de Québécois/Canadien parmi tant d’autres à représentant Québécois/Canadien a l’étranger.

Quitter votre province ne signifie pas nécessairement que vous n’y retournerez jamais, mais plutôt que vous y retournerez avec une expérience que la grande majorité des Québécois n’ont pas.


Pour conclure, voici mes suggestions pour faciliter votre prise de décision. La seule barrière que l’être humain a est celle que celui-ci s’impose. Dites-vous que vous êtes capables de parvenir à quitter le Québec et surtout si d’autres avant vous l’ont fait. Les qualités requises sont la discipline, la patience et la vaillance. La discipline vous fera sauver de l’argent au Québec sans la dépenser dans ce qui n’est pas nécessaire. La patience vous aidera à surmonter toute vos craintes et vos déceptions quand vous serai au Québec. Elle vous aidera aussi à vous remonter le moral quand vous songerai a la défaite. La vaillance, elle, vous donnera l’emploi lorsque vous arriverai à votre destination.

Je me permets aussi d’ajouter la persévérance. Je suis un enseignant d’Anglais venant d’un milieu francophone. Impossible? Rien n’est impossible.

Ceci étant dit, la balle est dans votre camp. Si vous êtes sur ce site, c’est bien parce que l’idée de quitter le Québec vous est venue à l’esprit. Je vous souhaite à tous la meilleure des chances et sans aucun doute que vous êtes capable, comme moi et plusieurs autres, de quitter pour vivre à l’étranger.

This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.