Gilbert Desmarais

Le but d’un départ n’est pas en soi de quitter le Qc mais bien de saisir une opportunité qu’il y a en trop petit nombre au Qc.

La plupart du temps cela est relié à l’emploi.Dans mon cas ce fut le fait que les compagnies évoluant en tecnhnologies de l’ électronique miniaturisée se sont écrasées en 2001. Et n’ont jamais redécollés après.


Il a fallu que j’aille voir aux É-U où ma fomation d’ingénieur en électronique est très en demande. J’avais pas le goût de retourner sur les bancs d’école.Il ne faut pas croire que cela est plus facile mais plus motivant. Entre autre pour le salaire plus élevé et les taxes moins élevées. Mais en particulier parce qu’il y a beaucoup de compagnies internationales qui sont venues exploiter le grand marché Américain.

C’est un des gros problèmes du Qc: un petit marché.Le Visa de travail aux É-U pour un Canadien ayant une formation correspondant aux règles NAFTA (ALENA) est très facile à obtenir. Cela ressemble à une lettre d’embauche adressée à la fois à vous-même et à l’autorité d’immigration.


Voir www.canadatotwincities.com pour quelques astuces.De plus les employeurs Américains sont habituées à embaucher du personnel étranger éduqué car ils n’ont pas vraiment d’école publique supérieure. Ça coûte une beurré les études jusqu’à la maîtrise ou le doctorat aux É-U.


This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.