Jean-Etienne

J’ai quitté le Québec assez jeune mais curieusement je me suis toujours identifié comme Québécois. J’ai toujours eu cette fierté de ma culture et de mes origines j’ai toujours adoré retourner au Québec et il est certain que dès que l’occasion se présentera (Fin du secondaire… c’est-à-dire en juin 2006) dès lors je reviens chez nous.

Je crois que je dois souligner que j’ai été forcé de déménager question de suivre mes parents là où l’emploi les a amenés. Partout où j’ai habité je me suis considéré comme Québécois et je n’ai jamais eu peur de le crier haut et fort même si cela m’a parfois amené du racisme de certains.


Oui rester Hors-Québec m’a donné certains avantages je dois l’admettre mais toutefois pourquoi devrais-je rester parmi les Franco-Ontariens ou les Acadiens vu que moi je ne partage pas les mêmes idéaux la même culture etc… Nous avons en commun une langue mais parfois j’ai l’impression que ça se résume à ça. Chez moi on est branché sur Radio-Canada Montréal on lit Le Devoir j’écoute Éric Panic eXterio Les Cowboys Fringants et j’essaye autant que possible de garder ce magnifique accent et dialecte la langue de mes ancêtres.

Toutefois malheureusement la culture dominante me rattrape sans cesse. J’ai trouvé que vivre dans deux autres provinces du Canada m’a ouvert l’esprit aux réalités des Francophones Hors-Québec j’ai appris beaucoup d’une culture d’où je ne connaissais que la Sagouine et Angèle Arsenault j’ai su que le Québec n’est pas le centre de la terre.

Malgré tout je ressens toujours de la joie intense en arrivant là où je devrais être et je ressens le même pincement au cœur en quittant. Oui le Québec a quelques problèmes mais ça reste un des plus beaux endroits sur terre et elle reste une des plus belles cultures au monde elle reste la mienne et du fond de moi je resterai toujours Québécois.


J’ai apprécié toutes les rencontres et tout ce qui m’est arrivé dans ce long séjour loin de mon vrai chez moi mais je sais que je n’appartiens pas ici. C’est peut-être pas le paradis Montréal à l’heure de pointe mais avoir la chance d’habiter là où on appartient c’est ça le paradis! Je crois que je vais commencer à compter les jours avant mon retour… ça approche tranquillement mais ça fait pas mal longtemps que j’attends ce moment! Pensez-y deux fois avant de tout laisser tomber et de vous exiler…Jean-Étienne Québécois Exilé Malgré lui à 351 jours de son retour là où il appartient…


This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.