Jean-Fran‡ois Aubry

Camarades du Québec Je peux vous certifier que la gangrène n’est plus seulement dans les entreprises syndiquées ou dans les officines du gouvernement.


Non la maladie c’est répandue dans tout l’organisme et c’est même infiltrée dans les endroits les plus inattendus. Je parle pour ainsi dire de la supposée compétitive industrie de l’informatique. Ce fleuron de l’économie Québécoise va aussi à rebours. Laissez moi vous raconter mon passage furtif mais combien instructif dans la maison de Cognicase; autrefois Icothèque et aujourd’hui avalée par CGI ( il y a sûrement des subventions là dessous ). Au cours des quelques semaines passées chez eux je n’ai pas eu le temps de prouver ma loyauté.


J’ai été foutu dehors seulement pour avoir donné mon opinion sur une technologie bâtarde et sans avenir ( ACT! ) comparativement à une technologie éprouvée et très utilisée (Exchange/Outlook). Dans cette compagnie ils préféraient donner une promotion à un programmeur qui ne connaissait même pas Oracle ( c’est comme de dire qu’un garagiste ne connaît pas Volkswagen ).Et ils préféraient envoyer chez leurs clients un spécialiste Oracle qui ne connaissait pas Microsoft… C’est pour ces exemples et pour plusieurs autres expériences dans ma courte carrière que j’ai cessé de me bercer d’illusions à propos du sens pratique des administrateurs Québécois. Que j’ai cessé de croire dans les promesses d’avancement des responsables d’entreprises Québécoises. Que j’ai cessé d’être en accord avec les propriétaires de compagnies Québécoises qui disent ne pas trouver de personnel qualifié et loyal.


Que je pense qu’au Québec les boss sont trop lâches pour aimer les personnes avec de la volonté et le sens de l’initiative. Et que je suis convaincu que les patrons du Québec sont des imposteurs qui ont peur d’être démasqués. Pour l’instant le seul havre de paix que j’ai trouvé c’est le communautaire. Là au moins les comptables comptent jusqu’à la dernière cennes et le travail en équipe a un sens. Là au moins l’argent des subventions ne sert pas en engraisser les propriétaires et les fonctionnaires véreux.Jean-François AubryProgrammeur-analyste et Webmestre du site www.handia.orgP.S.:Chaque jour que Dieu me donne je regrette de ne pas avoir quitté le Québec pour des ouvertures de Microsoft Washington et Ontario .

Si il me prête vie et un peu d’argent je vais transformer mes regrets en vagues souvenirs.

This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.