Jean-Marc Laurin

Bonjour.J’aimerais juste vous faire part de mon opinion. Je suis franco-ontarien et je suis déménagé au QC depuis 1998. Je suis surtout déménagé car la vie en Ontario étais devenue insupportable. Loyers et assurances auto trop chers combat des francophones pour faire respecter leur langue platitude générale des gens… Je suis parti par choix et je n’ai jamais aussi bien vécu ma vie que depuis que je suis déménagé ici. MAIS… La gauche est en train de drainer les meilleures ressources dans ce soit-disant pays.Comptez-moi comme un indépendantiste francophone hors-québec de la droite républicaine …… Méchant “freak” dites-vous…. Je suis d’avis que si nous devons déclarer l’indépendance du régime fédéral canadien nous devons déclarer notre indépendance à l’étât tout-court.


remplacer une béquille par une autre n’a pas de sens. Si les souverainistes veulent leur pays il faudrait qu’ils abandonnent leur dogme de gogauche. La logique ne tient pas. Pour ceux qui auraient peur de mes positions de droite je ne suis pas un Jesus-Freak car je suis humaniste donc toutes les religions sont égales à mes yeux. Je ne suis pas contre l’apprentissage du français obligatoire aux immigrants mais pas au non-accès de l’anglais aux autres. Je veux moins de gouvernement des taxes plus efficaces et que tout le monde ait accès à la richesse.Mes ancêtres viennent tous de l’Ontario avant même l’arrivée massive d’immigrants britanniques en 1812 et on y a toujours parlé français depuis le début. On a par contre déménagé les francophones dans des ghettos et rebaptisé des villages entiers brulé des églises catholiques et tout le bataclan qu’un conquérant fait subir à ses nouveaux sujets. Nous avons accès aux écoles française aux médias etc…


Mais ce ne fut pas sans se battre et parfois perdre des pans entiers de sa déscendance. Si l’assimilation linguistique n’aurait pas eu lieu depuis 1900 on aurait été au moins 20% de la province à être francophone tout comme la population anglo du Québec aujourd’hui. Mais avec l’influence de l’économie des mesures punitives du début du siècle et du je-m’en-foutisme des gouvernements ontariens successifs nous nous chiffrons maintenant à seulement 4% et de peine et de misère nos jeunes parlent ce qui reste d’un français “écharogné”. Ayant vécu toute ma vie en Ontario je peux dire à quel point les choses ne sont pas d’égal à égal non pas parceque les anglos sont méchants ils ne sont pas bilingues. Point. Ils n’ont pas besoin d’apprendre le français et s’en sacrent pas mal de ce qui se passe au Québec et aux autres francophones. Avec raison. Ils s’occuppent à faire de leur province la meilleure qu’ils peuvent avec les ressources et le talent qu’ils ont. Pour ce qui est de la qualité de vie je peux dire que les choses PARAISSENT bien vu de l’extérieur. Les routes sont propres les gens sont relativement en santé et bien instruits. Mais sont-ils heureux ?


Peut-être. Probablement même. Mais moi je n’y étais pas.En 1998 je payais 700 $ pour un 3 et demi 4 500 $ d’assurances-auto par année et je devais me battre constamment pour vivre dans ma langue. Bien après un bout j’en ai eu ma claque. En déménageant le même logement est déscendu à 400 $ et mes assurances ont baissé de 3 000 $. J’ai pu m’acheter une maison à 15 minutes de la métropole pour 120 000 $ (Impensable à Toronto). J’ai du payer mon éducation post-secondaire de ma poche et ni mes parents ni le gouvernement ne pouvaient pas m’aider. Au Québec malgré se qu’on peut dire contre les CEGEPS à ce que je sache l’éducation post-secondaire est GRATUITE !Pour ce qui est du contrôle éhonté que les syndicats se donnent sur la destinée du peuple au complet qu’ils déménagent ailleurs où ils verront à quel point c’est si rose. Tant qu’à moi je couperais les salaires pensions etc… pour libérér les fonds necessaires aux refections majeures d’une société qui s’imposent.

Le Québec est un endroit où il fait bon vivre où les gens se parlent en pleine face et s’aiment avec le coeur. Mais vivre en société demande des efforts collectifs de raison et de compromis. Il n’est pas normal qu’avec tout le soutien gouvernemental dont nous pouvons profiter les québécois statistiquement ne sont pas plus smatte qu’il faut et se plaignent constamment sur leur sort. Si vous voulez un pays faites-le vous-même. Arrêtez de chigner et je vais être le premier à vous suivre. Mais de grâce ne mêlez pas des pommes et des oranges. Le fait de vouloir un pays indépendant et de quelle couleur le peindre sont deux débats différents. Tant qu’à moi la gauche nous tue et nous étouffe avec ses taxes et son dogme général.La seule façon de fabriquer de la richesse chez un peuple mûr et indépendant est le capitalisme.

La seule façon de la partager avec toutes les couches de la société est le socialisme. Peut-être sommes-nous rendus collectivement à un moment de l’histoire où les plus brillants éléments du Québec doivent fusionner ensemble pour le meilleur de toute l’humanité et ainsi forger un pays qui nous ressemble pour vrai.

This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.