Louis Thivierge

Je suis encore ici pour le moment mais pour combien de temps encore… Ayant perdu toute confiance des dirigeants politiques et sociaux étant de plus en plus exaspéré des institutions publiques de la pensée unique de notre syndicalo-gauchiste véhiculé par les soi-disant intello-rédacteurs des médias franco-québécois et de la clique montréalaise je songe sérieusement à quitter ce territoire qui renie de plus en plus les gens qui croient encore à une démocratie basée sur la liberté de pensée et le respect des gens qui enrichissent l’État par ses cotisations fiscales.


Je suis encore ici pour le moment mais pour combien de temps encore… Ayant perdu toute confiance des dirigeants politiques et sociaux étant de plus en plus exaspéré des institutions publiques de la pensée unique de notre syndicalo-gauchiste véhiculé par les soi-disant intello-rédacteurs des médias franco-québécois et de la clique montréalaise je songe sérieusement à quitter ce territoire qui renie de plus en plus les gens qui croient encore à une démocratie basée sur la liberté de pensée et le respect des gens qui enrichissent l’État par ses cotisations fiscales.

Dire que les gens du Québec s’identifient davantage à un francophone noir d’Haiti (pays reconnu comme dictature dirigée par des salauds corrompus de la pire espèce) qu’à un anglophone blanc canadien d’après un récent sondage cela montre à quel point nous renions des gens nés dans le même pays que nous sous prétexte que leur langue maternelle est différente de la nôtre… Incroyable quand on pense aux réformes entreprises entre autres en Alberta et en Ontario.


Que dire de la culture québécoise : un autre prétexte de subvention à des BS culturels sans talent qui diffusent leur discours et leur merde musicale grâce à des journalistes lèche-cul trop caves pour montrer quelconque ouverture sur la musique produite ailleurs et tellement plus recherchée et inspirée.Je ne suis pas encore parti mais j’y pense de plus en plus.

Probablement que le prochain référendum sera le signal définitif de quitter cette République de bananes dirigée par des leaders syndicaux dépassés qui se comportent comme des dictateurs porte-parole d’une pensée sécessionniste protégeant plusieurs parasites incompétents baby boomers privilégiés qui occupent un emploi dans la haute fonction publique considérant comme des traîtres tous québécois voulant utiliser la langue anglaise comme véhicule afin d’ouvrir des portes sur le monde et de se connecter au 21e siècle.Je suis encore ici mais le départ est de plus en plus probable. Pourquoi pas en Ontario : je pourrais rire à gorge déployée des mêmes débats qui se déroulent toujours 40 ans plus tard de l’autre côté.

Louis Thivierge

Québec


This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.