Steve

Je suis étonné de voir autant de gens réveiller qui pense comme moi sur ce sujet. Je félicite le créateur de ce site Web pour son audace et pour son courage. Visiblement une personne qui veut vraiment un monde meilleur et frustrée de voir sa terre natale s’appauvrir au bénéfice de quelque personne égoïstes qui s’avent profiter à haut niveau du système corrompu.

Culturellement les Québécois n’aiment pas déménager trop loin et je pourrais même dire qu’ils ont très peur de le faire. La même peur que les enfants ont du noir. Cette peur est nourrie par un supplément régulier de propagande mensongère qui vise à nous garder ignorants du monde qui nous entoure.


Le bût et de d’avoir le plus de population possible pour ainsi en profiter davantage avec un plus grand contrôle. Pas bien loin des techniques utilisés par les prêtres il y a pas si longtemps qui défendait les gens du village d’apprendre à lire. Plusieurs outils sont utilisés pour nous garder en place soit la langue (Français) l’éducation (CÉGEP) et la propagande amplifiée par la famille.

Protégeons notre Langue! Franchement! J’ai eu la chance par mon âge (38 ans) de m’avoir échappé de la loi 101 en bas âge et d’avoir des parents qui ont eu la bonne idée de m’avoir inscrit à l’école Anglaise au Québec.


Je suis francophone et parle l’anglais sans aucun accent. La loi me permet d’inscrire mes enfants à l’école anglaise qui sont maintenant aussi bilingue que moi vu que j’y ai été. En passant je trouve cette exception de la loi complètement injuste pour le reste de la population qui est prohibée de faire comme moi.

La vraie liberté c’est d’envoyer tes enfants à l’école de ton choix et ne pas donner le pouvoir au Gouvernement de choisir de limiter l’éducation de vos enfants. Après tous pourquoi ne pas prohiber une personne d’étudiée en médecine parce qu’un de vos parents n’est pas médecin?

Pourtant nous parlons toujours le français à la maison et je ne vois vraiment pas comment le fait de parler anglais représente une menace pour la société Québécoise. C’est plutôt le contraire mon Anglais ma procurer des emplois qui mon permis de promouvoir et vendre de la technologie/produits Québécois au États-Unis.

J’ai voyagé pratiquement dans tous les États-Unis et j’ai une très bonne connaissance du style de vie là-bas. Dans la ville de Québec j’étais souvent la seule au bureau à parler anglais de façon convenable. Je comprends bien les 2 côtés de l’équation car ma femme elle n’a pas eu la même chance et ne parle pratiquement pas l’Anglais.

Pour cette raison elle est très limitée dans le genre d’emploi qu’elle peut occuper et gagne la moitié de mon salaire même si elle a 2 fois plus d’éducation que moi! Un Gouvernement responsable ne veut-il pas le bien de son peuple par une meilleure éducation avec le but de nous enrichir? Même René Lévesque a dit que la liberté de son peuple passerait par la liberté économique (avant la langue).Le CÉGEP La liberté de choisir passe par une bonne éducation.

Par ma faute je n’ai pas complété mon CÉGEP. Sans le savoir à cette époque cette mauvaise décision me bloque maintenant l’accès aux États-Unis car je n’ai pas de diplôme universitaire. Sans CÉGEP j’aurais été directement à l’Université que j’ai trouvée très intéressante (je prends des cours présentement) comparativement au CÉGEP.


Sans aucun doute sans CÉGEP j’aurai fait mon BACC et je serais aujourd’hui aux États-Unis. Par contre à défaut de vivre au États-Unis (pour l’instant) nous envisageons Ottawa d’ici 2 ans (je demeure présentement dans la région de Montréal). La famille Encore j’ai la chance d’avoir une famille qui m’encourage à quitter le Québec.

Mais je sais très bien que ce n’est pas le cas pour plusieurs d’entre vous. Les pressions exercées par la masse (qui sont brainwashe) sont très difficiles à supporter. Mais posez-vous cette question : sans prendre compte des convictions et idéologies des membres de votre famille ou aimeriez-vous idéalement vivre et comment voudriez-vous y gagner votre vie?

CONCLUSION : Plus que le temps avance plus c’est difficile d’en sortir. Si vous êtes jeune organiser vous pour apprendre l’anglais comme plusieurs l’ont fait ici dans ces témoignages. Assurer vous d’avoir en poches un BACC si jamais vous voulez travailler au États-Unis ou tout simplement veulent avoir la liberté d’avoir accès plus rapidement à des emplois enrichissants. À 38 ans avec 2 enfants et un emploi à temps plein (je ne suis pas au gouvernement non plus) c’est très difficile de suivre des cours universitaires mais pas impossible.

This entry was posted in Temoignages. Bookmark the permalink.